sunset-538286_1920

Comment aider un être cher à passer du questionnement à l’action?

Depuis que le monde est monde… les perceptions qu’on a des hommes sont très ancrées profondément en nous…la peur de paraître vulnérable est  encore très présente…et ce n’est pas encore près de changer…mais ça commence…

(un membre)

Il est fort et je l’aime, mais…

Nos amis, nos frères, nos conjoints demeurent peu enclins à accepter de l’aide ou craignent notre réaction s’ils vont la chercher hors du foyer, pour s’adapter à une nouvelle situation ou lorsque leurs réactions nous inquiètent et nous font souffrir.

Pourquoi est-ce préoccupant?

 

Votre rôle est essentiel

Les études pourtant le démontrent: lorsque les hommes recherchent du soutien, que ce soit lors de périodes de transition ou durant les moments où ils se sentent plus fragiles, la famille et les proches jouent un rôle fondamental, la conjointe encore plus. Ainsi:

  • Nombreux sont les hommes qui n’ont pas d’amis: Ils hésitent aussi à se confier à leur collègue, ou encore, à des membres de leur famille (Roy et de De Koninck et coll. 2012)
  • C’est avant tout chez leur conjointe qu’ils cherchent du soutien: Ils seraient d’ailleurs plus enclins à accepter les conseils de leur conjointe, concernant les santé mentale, physique et leur vie familiale que de n’importe qui d’autre (Devault et Gaudet 2003) et Roy et de De Koninck et coll. 2012)
  • Lorsqu’ils sentent que leur conjointe les appuie, ils parviennent mieux à gérer leur détresse: ce soutien réduit même de moitié leur risque de se suicider. (Houle et coll. 2005)

 

S’il dit qu’il n’a besoin de rien!

portrait-119851

 

 

Quoi qu’ils en disent, les hommes ont besoin de sentir qu’ils ne sont pas seuls. Mais sachez que vous ne l’êtes pas non plus à vivre cette situation et vous n’avez pas à la vivre seul(e). Quelques conseils de spécialistes (Douglas 2010) peuvent d’ailleurs vous aider à affronter la situation:

 

Rappelez-lui que vous l'aimez Manifestez votre confiance envers lui Faites équipe avec lui Restez à l'écoute de ce que vous ressentez
Même s’il a parfois des doutes ou des moments de fragilité. S’il sent que vous lui donnez des conseils par amour, il sera plus susceptible de les suivre.
Montrez-lui que vous reconnaissez en lui celui que vous avez appris à aimer et qu’il peut redevenir, avec un peu d’aide. La souffrance fait parfois agir différemment, mais même s’il exprime des doutes, sentir vos espoirs l’aidera à se projeter au-delà de la situation actuelle.
Devant les épreuves, la complicité s’avère souvent plus utile que la confrontation, même si vous avez de très bons arguments, en accord avec ce que dit le médecin ou l’entourage. Les autres ont peut-être de bons conseils à donner et peut-être celui que vous aimez ne parvient-il pas à répondre aux mêmes attentes qu’avant, mais c’est vous qui le connaissez et qui pouvez reconnaître son intention d’évoluer malgré ses réticences. S’il se bute à des limites ou n’est pas prêt à faire ce que l’on attend de lui, aidez-le à se sentir bien et à se changer les idées.
Cela vous aidera à vous exprimer avec le «je», comme nous le faisons dans nos groupes, afin de poser les limites nécessaires à votre bien-être sans le blâmer. Donnez-vous aussi l’occasion de reconnaître les situations qui vous dépassent et pour lesquelles vous pourriez aller vous chercher de l’aide.

Et en plus de l’amour

Même si vous désirez demeurer à l’écoute de l’autre, il est parfois nécessaire de reconnaître l’importance de faire un pas de plus que d’aimer. Cela ne veut pas dire abandonner l’autre, au contraire, mais l’inciter à développer d’autres contextes, d’autres relations, où il pourra apprendre à se dévoiler et à se valoriser pour d’autres raisons . 

Ainsi, les hommes qui ont besoin d’être entendus et de préserver de nouveaux liens font plus que se plier à la demande de leurs proches : ils recommencent à sentir, au plus profond d’eux-mêmes, que ce qu’ils ont vécu peut les aider à évoluer avec d’autres et à constater que ce qu’ils vivent reprend son sens:

«Ce qui est intéressant, dans ce mouvement de transformation de l’ancienne identité, est le fait que les hommes se décrivent davantage comme étant des sujets (auteurs) de leur destin.»

(Étienne, 2010)

 

D’accord, pas les professionnels, mais quoi d’autre?

L’expérience concrète du Réseau hommes Québec a permis à plusieurs hommes, ensembles, de réaliser ce cheminement, de rencontre en rencontre, avec des hommes comme eux. Et, aujourd’hui, ils peuvent en parler:

 

 
Le soutien d'un amie demeure quand même parfois essentiel
 
D'autres en parlent du fait d'être en groupe
D'autres en parlent de l'importance de rencontrer des pairs

 

 

Vous avez le droit de savoir

Vous trouverez plusieurs réponses aux interrogations des proches

À l'aide de notre Foire aux questions
À l'aide de nos Suggestions de lectures