Pourquoi créer des groupes aujourd’hui en 2019 ?

Quelqu’un m’a dit récemment pourquoi les femmes ont-elles besoin d’un groupe, elles parlent tout le temps! Certaines femmes ont la parole facile, d’autres se confient à leurs amies, mais les groupes de Femmes Québec permettent aux participantes d’aborder plus directement ce qu’elles vivent et ce qu’elles pensent, de parler franchement sans censure, de rapporter les faits et de créer ainsi un sentiment de solidarité.

C’est ce qui arrive en ce moment avec le mouvement » Me too, moi aussi ».
Et ce mouvement nous confirme que les femmes sont encore assujetties à la loi du silence sur leur vie personnelle et publique, malgré tous les progrès qu’elles ont réalisés depuis 50 ans.

C’est toute une différence d’être accueillies dans notre parole de femme par d’autres femmes qui sont présentes justement pour écouter ce qui est dit sans nier ou fuir les émotions. Le partage de l’une peut tendre une perche à une autre qui vit des difficultés et qui se sent seule et isolée.

Dans ces groupes de femmes où les rivalités et la compétition sont mises de côté, les femmes reçoivent un soutien sans jugement grâce à la force du groupe. C’est un espace où les femmes peuvent expérimenter la prise de parole pour faire la différence entre exercer du contrôle et assumer leur autorité personnelle.

Grâce au groupe, les femmes peuvent se réapproprier leur corps et remettre en question les normes de beauté, de jeunesse et de perfection. Ceci n’est qu’un exemple d’un sujet de partage. Ça peut sembler facile de parler du corps, mais le sujet est chargé de colère, d’impuissance, de regrets et de non-dits.

Femmes Québec veut créer des lieux d’échanges privilégiés au sein de petits groupes de femmes de tout âge où, dans un climat d’intimité, de respect et de confidentialité, elles réfléchissent et échangent sur leur vécu de femme et leur rapport à la vie. C’est un lieu de ressourcement et d’apprentissage

Ces rencontres entre femmes, c’est aussi une Fête où l’on célèbre le féminin dans la convivialité et des activités sociales.

Les groupes de femmes sont autogérés et jouissent d’une belle autonomie c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’encadrement professionnel. Les groupes sont accompagnés par une marraine qui les guide lors des premières rencontres et ensuite au besoin.

Chaque participante reçoit un recueil de sujets d’animation et d’exercices et chaque femme aura la chance d’animer si elle le désire et selon son rythme.

J’ai fait partie d’un groupe dans les années 1990 et nous avons cheminé et créé des amitiés qui ont duré pendant plusieurs années.
Femmes Québec Outaouais reçoit l’appui d’Hommes Québec, créé par Guy Corneau, le regretté psychanalyste québécois.

Diane Gratton
Porte parole, Femmes Québec Outaouais

Femmes Québec vise à créer des lieux privilégiés d’échanges au sein de petits groupes d’environ dix femmes.

Femmes Québec est ouvert à toutes les femmes et vise à permettre au plus grand nombre de groupes possible d’évoluer sans l’encadrement de professionnels. C’est un lieu de ressourcement, d’apprentissage ou les femmes sont accueillies sans jugement et en toute confidentialité.

Femmes Québec, un laboratoire d’expérimentation et d’autogestion, où l’on explore des thèmes reflétant des préoccupations portées par les femmes, avec l’aide d’outils facilitant le partage.

Femmes Québec travaille en collaboration et reçoit le soutien d’Hommes Québec, (organisme fondé par le psychanalyste et auteur Guy Corneau, Hommes Québec est présent dans plusieurs régions du Québec ainsi qu’en Europe depuis 1992).
 
 
N.B. Pour l’instant, un groupe est en démarrage dans l’Outaouais dans la ville de Gatineau. D’autres groupes pourraient voir le jour éventuellement dans d’autres régions du Québec. Si vous souhaitez faire partie d’un groupe, contactez Diane Gratton: femmesquebec@videotron.ca ou 1 877-908-4545 poste 259. Facebook:https://www.facebook.com/femmesquebec